Les balades  => un week-end dans les Grandes Alpes coté Mercantour: le "concentré de Grandes Alpes" 

Le but du jeu est de vous faire vivre sur un Week-end  la boucle "Mercantour" des Grandes Alpes avec en bonus les gorges du Cians et de Daluis.

Après près de 10 allers et retours dans les Grandes Alpes, ce sont, avec le recul, mes endroits préférés de cette route mythique.

C'est une boucle dont l'arrivée et le départ se font à Barcelonnette. Il faut une bonne météo: lorsque vous réservez les hôtels, précisez que votre séjour dépend de la météo et que vous êtes susceptibles de le décaler en prévenant 3 jours avant. En dehors de la période "fin mai / fin septembre" renseignez-vous sur l'ouverture des cols. La balade est calculée sur un Rythme très cool (special duo...) avec pause de 2h pour manger, vitesse lente, arrêts photos et autres.  A part le col de la Bonette, les routes ne se prêtent pas trop à l'arsouille. Sur un week-end et pour résumer: vous devez arriver à Barcelonnette le vendredi soir, rouler le samedi jusqu'à Guillaumes par la Bonette et remonter pour le dimanche soir à Barcelonnette par la Cayolle d'ou vous pouvez rentrer chez vous ou y dormir à nouveau et ne rentrer que le Lundi matin. L'intérêt de cette boucle est que vous pouvez laisser des affaires à l'hôtel de Barcelonnette. Les puristes vont hurler mais ceux qui veulent un max de confort peuvent emmener la moto sur remorque et laisser cette dernière et la voiture à Barcelonnette.

 

 

Voyons cela plus en détail:

Vous arrivez donc à Barcelonnette (A, sur la carte) le Vendredi soir.Il y  a beaucoup d'hôtels et la ville est très agréable. On pourra aussi faire le camp de base à Jausier (la ville d'à coté) où nous aimons bien l'Hôtel "Sans soucis".

_______________________________________________________

Le premier jour

On attaque la Bonette depuis Jausiers(B).

Petite contrainte: il faut être à 8 heures sur la moto. Ainsi on arrive en haut avant nos copains cyclistes...

La route est un véritable circuit, revêtement parfait, gaffe quand même...

                                                                                                                                                    Route de la Bonette (2800m)

 

Avant d'arriver au sommet vous passez par le fort de Restefond (2550m) qui est parfois "squatté" par les astronomes amateurs, lesquels dorment la journée pour observer la nuit:

                                          Le fort de Restefond vu du sommet de la Bonette

 

Le col de la Bonette est la route la plus haute d'Europe (2800m) n'hésitez pas à monter à pieds le petit chemin du sommet; le paysage y est grandiose:

                                                                                                                 Panorama 360° de la Bonette (cliquez dessus pour agrandir)

  

Le truc génial à faire: descendre de la Bonette en roue libre, moteur coupé (si vous avez un ABS laissez tourner au ralenti...) ainsi vous n'effrayez pas les marmottes, prenez le temps de les photographier au zoom:

 

 

 

 

En descendant vous allez passer dans un petit village en ruine:

 

En bas du col, on s'arrête à St-Etienne-de-Tinée (C) pour manger. L'(unique ?) restaurant qui a la grande terrasse est excellent (risotto aux cèpes et tarte tatin sublimes, évitez l'aïoli...).

 

Prenez votre temps, puis descendez la Tinée jusqu'à St-Sauveur (D) où vous allez tourner à droite pour faire le col de la Couillole (!) (ne pas confondre avec la Cayolle qu'on fera demain) en direction de Beuil. Attention la direction est très mal indiquée et l'embranchement vous oblige à faire pratiquement demi tour, il faut faire une manoeuvre. Souvenez-vous que ce changement de direction est dans la descente avant de rentrer dans St-Sauveur. La montée de la Couillole est mauvaise allez-y tranquille, paysages superbes. Vous arrivez à Beuil (E):

 

Depuis Beuil on se fait un aller et retour dans les sublimissimes gorges du Cians et leur roche rouge:

N'hésitez pas à vous arrêter après le tunnel de la grande Clue pour faire l'ancienne route à pieds.

 

  Pour les plus courageux: allez au vieux Village perché de Touët-sur-Var (F), il y a par terre dans l'église une petite plaque de bois qu'on peut enlever et apparaît un trou par lequel on voit le fond de la vallée (!) c'est le trou du Curé:

 

Reprenez les gorges du Cians dans l'autre sens jusqu'à Beuil (E) où vous tournez à gauche pour rejoindre Guillaume par Valberg.

Vous arrivez à Guillaume (G), votre étape, vers 18h.

L'hôtellerie n'est pas le point fort de Guillaume, prenez n'importe quel hôtel en demi-pension.

Il y a, vers la mairie, des panneaux explicatifs qui décrivent l'histoire de la cité. Vous pouvez y lire la tragique histoire du lugubre pont de la mariée que vous verrez demain dans les gorges de Daluis (ça vaut le coup !).

_______________________________________________________

Le deuxième jour

 

Vous n'êtes pas pressés pour vous lever.

On attaque la descente des gorges de Daluis (ici aussi la roche est rouge), on y voit le fameux pont de la Mariée:

 

N'allez pas plus loin que le village de Daluis (H) pour faire demi-tour.

En remontant vous pouvez faire un aller et retour à Villeplane (i) : la route monte depuis le milieu des gorges, elle est dans un état catastrophique (trous, précipices, gravier, épingles) je la déconseille vivement aux débutants. Pour les autres, elle donne accès à une sorte de vallée perdue uniquement accessible par ce biais.

                                                                                     Montée de Villeplane

 

De retour à Guillaume on prend la route du col de la Cayolle, on peut s'arrêter à St-Martin-d'Entraunes (J) pour manger dans un des restaurants-terrasse du village (après ce village il n'y aura plus beaucoup de restaurants).

La flore du col de Cayolle est intéressante et abondante. N'hésitez pas à vous arrêter dans la montée (côté sud) car de l'autre côté (descente au nord) on ne retrouve pas ce foisonnement:

                                                                                                                                                         Col de la Cayolle

 

En descendant de la Cayolle, arrêtez-vous à Four (K) boire le café dans l'unique bar, assez improbable, tenu par une Mamie vraiment typique...

C'est un ravitaillement connu des cyclistes, les hypothèses courent bon train quant à l'âge de la patronne.

 

Vous revoilà à Barcelonnette (L) vers 16 heures.

N'oubliez pas que je vous ai concocté une version imprimable "à emporter..." de cet itinéraire.

J'espère que la balade vous a plu, n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires...

                                                                                 Vincent